Une semaine avec Ma Chetan Jyoti

Publié le par nathalie

Nous avons eu récemment l'honneur et la grande joie de recevoir chez nous Swami Ma Chetan Jyoti (Mataji), accompagnée du musicien Shivananda Sharma (tablas et violon). (cliquez pour voir l'article à ce sujet du 09/06/2007).
Hanuman, son disciple français, a eu la gentillesse de les accompagner en voiture dans leurs déplacements, et Anouk nous a aussi rejoint et soutenu pendant cette semaine extraordinaire !

Nous avons donc partagé l'intimité de cet être qui a dédié sa vie à la recherche de la Vérité, sur les chemins abrupts de la spiritualité indienne...
Sa grande humanité, sa simplicité, sa générosité, sa joie de vivre ont laissé une empreinte profonde dans nos coeurs et dans notre maison, au détours d'histoires et d'aventures, parfois extraordinaires, drôles, émouvantes, et toujours pleines d'enseignements !

La présence de Mataji et de Shivananda a été l'occasion de partager des kirtans à trois reprises, accueillis chez des amis ou des associations de yoga, dans la région.
A chaque fois, les participants, novices ou déjà expérimentés, ont été touchés par la profondeur et la vérité de ces chants dévotionnels pratiqués ici de la façon la plus traditionnelle, en questions et répons, comme cela existe en Inde depuis des millénaires...
Ma Chetan Jyoti chante ces mantras et prières depuis plus de 20 ans avec une ferveur communicative qui nous aide à dépasser les barrières de la timidité ou de l'inconfort face à notre propre voix (voie ?).

Avec humour et simplicité, elle nous explique que le mantra, c'est le "médicament" qui ouvre les portes de notre coeur, et que la musique est le sucre qui enrobe la pilule pour la rendre douce au goût !
Le mantra est une formule sonore courte, parfois dépourvue de sens, mais le plus souvent évoquant un aspect ou un nom du divin, en sanscrit (du moins dans le contexte décrit dans cet article).
la répétition du mantra, intériorisée ou à haute voix, a des effets puissants et transformateurs sur notre état intérieur, notre énergie, notre concentration, etc...
Le kirtan ("chant qui libère") est la répétition chantée en groupe, intense, d'un mantra, pouvant durer 10mn, 3h (comme ceux que nous avons vécus avec Mataji), toute la nuit,...

L'un des mantra le plus connu est le "OM".
Selon la philosophie indienne, la matière est créée à partir du son (le son précède la forme et non pas l'inverse) - et Om est le plus sacré des sons, la syllabe qui précéda l'univers et engendra les dieux. La Chândogya Upanishad (texte composé entre le 7 et 5ème siècles avant Jésus-Christ) proclame : "comme s'agglomèrent toutes les feuilles enfilées sur une tige qui les traverse, ainsi toute parole se fond dans le son Om. Le son Om est tout cet univers." Et la Katha Upanishad : "Cette syllabe est en effet le brahman, cette syllabe est la chose suprême."

C'est la "syllabe-racine", la vibration qui maintient la structure atomique du monde et des cieux. Ainsi, tous les objets solides ne sont que les manifestations des sons primordiaux.
Puisque Om précède toute chose, on l'utilise comme une invocation ponctuant la prière et le chant sacré. Dans la pratique du yoga, la récitation du Om constitue une partie fondamentale des techniques de méditation auditive.

La Mândukya Upanishad, composée entre 400 et 200 avant Jésus Christ, analyse la signification de Om. La syllabe y est décrite comme l'"arc" qui lance la "flèche" du soi (âtman) vers la cible de l'absolu (brahman). Dans la Maïtrâyanîya Upanishad, Om est le "son de l'absolu silencieux", la forme de l'énergie cosmique. (tiré du site http://www2.france-jeunes.net/lire-om-une-syllabe-sacree-12756.htm)

Lors de ces rencontres que nous avons partagé ici, dans le Gard, nous avons beaucoup chanté le nom de Ram "Sri Ram jai Ram" ("gloire à Ram"), et Mataji a évoqué l'histoire épique du Ramayana, dont les scènes étaient si attirantes que le dieu Shiva lui-même voulu y participer et s'incarna donc dans la personne d'Hanuman (sous la forme d'un singe), le dévôt parfait de Sri Ram, pour en devenir un personnage clef. Le mantra de Ram était inclu dans le chant de la "Hanuman Chalisa", long poême de 40 strophes, cher à Mataji, et dont l'objet est de rappeler à Hanuman (et bien sûr à nous-même !) sa vraie nature divine.

La "Gayatri Mantra" (expliquée dans un précédent article) s'est imposée dans le kirtan du samedi, avec le groupe de yoga de St Julien Les Rosiers. Cette prière, devenu mantra par la puissance de sa répétition, est, selon Mataji, la seule dont il est expressément précisé que de la répéter tout haut, en groupe est favorable.
C'est pourquoi Mataji nous a proposé de chanter 108 fois la gayatri Mantra dans notre jardin, un dimanche matin, en offrande pour le bien de tous les êtres vivants (humains et animaux). Elle-même pratique ce rituel chaque dimanche dans son ashram à Rishikesh.

Il y aurait encore beaucoup a raconter sur ces belles journées, si pleines, passées en la compagnie de Ma Chetan Jyoti et de ses amis.
J'espère vous en avoir partagé l'essentiel !


Vous trouverez une galerie de photos-souvenir du séjour de Mataji et Shivananda parmi nous sur le site de Sesame-Yoga (http://sesame-yoga.fr) : pour voir la galerie photos, cliquez ici !

NATHALIE

Chantons !

L’enfant marchait… chantait… avec l’impression d’avoir toujours été un enfant malgré son âge d’adulte. Cet enfant que l’on a conditionné, normalisé, mentalisé comprend, maintenant, que la vie est autre chose que ce qu’il avait connu jusque là. Il voulait être chose. Il voulait Ëtre.
La tâche est grandiose mais tellement attirante et plaisante. Comment neutraliser le mental ? Comment nettoyer le terrain émotionnel ? Comment se libérer de ses tensions ? Comment reconstruire le Temple ? Comment Être ?  Comment devenir ce que l’on est vraiment ?
Il découvrit que parmi les pratiques qui lui été proposées le chant devenait sa pratique favorite et la plus agréable. Quand il chantait son cœur et son corps vibraient très fort. Une présence s’installait. L’enfant devenait un bhakta. Chanter, c’est faire vivre le Divin qui est en nous. C’est donner et recevoir. Le chant est générosité. Le chant est Amour. Chanter c’est Être. Chanter des kirtans, des mantras selon la tradition permet la transmission, le retour à l’oralité.
Parfois, quand l’enfant chante, ce n’est pas lui qui émet ces sons qui sortent de sa bouche. C’est le Divin qui chante en lui. Son être vibre et il pleure de joie…
L’enfant a découvert une toute petite partie des effets positifs du chant. Mais il sait, intuitivement, que cette pratique aura d’autres effets bien plus merveilleux. Effets sur le corps physique et sur le psychique. A travers une méthode et une technique vocale les effets n’en seraient que plus extraordinaires.
La Beauté passe par l’effort et la Grâce. Quelle sera la finalité de tout cela ? L’enfant passera- t’il de l’humain au Divin ? Il faut aussi qu’il apprenne à lâcher prise devant ce devenir possible. Vivre pleinement le moment présent dans la confiance et la joie.
Cet enfant que je suis… que nous sommes tous…vivra… vivrons… dans le Chant de l’Être.
Chantons… Chantons…
 
Om Shanti
Hanuman

 


Publié dans sesame-yoga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :