Respiration, souffle, pranayama (1)

Publié le par nathalie

Si notre corps était une flûte, notre respiration serait comme le vent dans la flûte. De la même façon, la respiration est l'élément essentiel de la pratique du hatha yoga. Elle influe sur l'état du corps et de l'esprit.
Traditionnellement considérée comme le véhicule du prana, l'énergie vitale, notre respiration naît au plus profond de nous-même, rayonne vers l'extérieur puis se retire de nouveau vers l'intérieur, générant un rythme doux et stable pour les mouvements, étirements et relaxation.
Une respiration correcte insuffle la vie aux postures, permets des ajustements subtils, et aide à centrer notre attention dans l'expérience consciente du présent.

La coordination des mouvements et de la respiration apporte grâce et intensité à la pratique des postures, et instaure une atmosphère fluide et méditative à chaque séance.
En suivant le mouvement naturel du corps, expansion-contraction, on réalise que certaines postures accompagnent l'inspir (ouverture, étirement de l'avant du corps) et d'autres l'expir (intériorisation, repli, etirement de l'arrière du corps, torsions en général).
C'est comme un fil de soie qui se déroule régulièrement, du début à la fin d'une mouvement, d'une posture, de la vie... le souffle est notre fil d'Ariane.

L'effort et le lâcher-prise
Chaque posture implique un temps d'effort, en tant que force active qui nous fait progresser en douceur, explorer les zones encore un peu fermées ou raides du corps, et de lâcher-prise, force passive qui nous invite à écouter la réponse du corps, à abandonner les résistances. La respiration est au coeur de cet échange délicat, à la fois fonction reflexe et pouvant être délibérément modifée pour régler son intensité du feu à la douceur, de la puissance à la lenteur selon ce qu'exige la situation.

la respiration nous guide
Lorsque le mental n'est plus impliqué, que la respiration devient le guide de notre pratique, tout notre être absorbé dans la conscience du souffle, on peut expérimenter l'unité, le yoga. A cet instant, il n'y a plus que la respiration, nous sommes immergés dans le présent, et la séparation entre le corps et la posture se dissoud ; on est un avec la posture. A l'écoute du corps, de la posture, du souffle et de son action subtile en nous, la qualité de nos sensations, de nos ressentis intérieur, s'accroît, ainsi que la confiance en nous. Totalement présent à soi (et non pas accroché à hier ou demain), on peut enfin se relaxer dans la posture.

Pranayama
Souvent traduit par "contrôle" du souffle, on peut aussi comprendre pranayama comme le moyen d'étendre ou d'étirer le souffle, l'énergie de vie (prana).Il est donc un élément central de la pratique du yoga, largement décrit dans les "Yoga Sutras" de Patanjali (considéré comme un des textes fondateurs du yoga). 

(suite de l'article la semaine prochaine)


Bibliographie :  "Yoga, the spirit and practice of moving into stillness" de Erich Schiffmann (PocketBooks 1996)
 

Publié dans Pratiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :